06/09/2009

Vin nature: le pour et le contre (2)

Notre comité a dégusté 27 vins importés en Belgique, dont 1/3 de blancs et 2/3 de rouges. Au final, nous en avons sélectionné 9, soit 33%, ce qui est un beau résultat, il convient de le souligner, en comparaison avec d’autres dégustations de notre magazine. A en croire les informations fournies sur les fiches techniques, une très faible minorité de vins sélectionnés sont authentiquement sans soufre ajouté, les doses variant selon les cas de quelques grammes à la mise à 30 mg/l de SO2 total. Ce qui reste bien sûr très faible mais peut expliquer en partie un score meilleur que si les 27 vins avaient été zéro soufre. Autre élément d’explication, les vins étant dégustés à l’aveugle, l’absence d’expression terroir n’est pas intervenue dans nos jugements. Les critères d’équilibre, de personnalité et de plaisir ont été décisifs pour juger des vins qui se présentaient plus comme des vins à boire jeune, sur le fruit et dans la convivialité. A noter enfin une courte majorité de blancs, à avoir 5 sur 9, dont 4 issus de la partie septentrionale de la France, un seul provenant du Sud. Proportion inversée en rouges avec 3 Sudistes sur 4.

Ont participé à la dégustation : Jérôme van der Putt (oenophile et auteur), Bernard Arnould,
Hervé Lalau, Philippe Stuyck, Marc Vanhellemont (journalistes IVV), Roelant Verbist et Fabian Henrion (restaurateur - sommelier)

PRÉAMBULLES 2007
VIN MOUSSEUX BRUT
PATRICE LESCARRET - DOMAINE
DE CAUSSE MARINES - VIEUX
Une fermentation en bouteille selon la méthode ancestrale à Gaillac pour ce mousseux de
mauzac. Ce cépage s’adapte bien à ce style de vin avec d’agréables arômes au nez de pomme et de poire, de rhubarbe et de biscuit à la cannelle. On ne s’arrêtera pas à la robe assez trouble pour profiter sans retenue d’une bouche au joyeux pétillement, d’une élégante légèreté. (Pas de sulfitage)


LES CHALASSES MARNES BLEUES
2006 - CÔTES DU JURA
DOMAINE GANEVAT - ROTALIER
Voici une cuvée de savagnin qui ne se prend pas pour un vin;jaune malgré une petite touche
oxydative au milieu d’arômes de pelure de pomme, de rhubarbe confite. La bouche impose sa;force, sa puissance contenue par une acidité ferme aux notes d’agrumes confits. Quant à le situer à l’aveugle dans le Jura… ? (20 mg/l deSO2 à la mise)


LA DILETTANTE 2007 - VOUVRAY
CATHERINE ET PIERRE BRETON,
LES GALICHETS - RESTIGNÉ
Un joli nez d’agrumes au sucre candi, avec une pointe de minéralité qui ne demande qu’à s’affirmer. Une très légère touche de vernis s’efface à l’aération. Au palais, on retrouve ces arômes dans une matière de bel éclat, très fraîche mais au développement moyen seulement. Ce vin exprime son cépage plus que son origine, le chenin sur l’AOC Vouvray. (30
mg/l de SO2 à la mise)

LES BONNES BLANCHES 2007
ANJOU - AGNÈS ET RENÉ MOSSE
ST LAMBERT DU LATTAY


Une autre expression du chenin sur un terroir angevin schisteux : nez de raisins très mûrs, poire et pomme caramélisée, agrémenté d’une note oxydative non excessive.
En bouche, une acidité minérale ferme et un léger amer évoquent l’origine d’un vin au dessin plutôt diffus et à la plénitude habillant bien l’acidité. (30mg/l de SO2 à la mise)


MÂCON-CHAINTRÉ 2005
CYRIL ALONSO,
DOMAINE DE L’ANCESTRA - ANSE

Un style de Mâcon-Chaintré à la personnalité sortant de l’ordinaire.
Une bonne aération permet de dépasser les notes de réduction pour profiter au nez des arômes de mirabelle, de poire, de pain chaud. S’y ajoute en bouche de l’écorce de citron dans une matière forte, à l’acidité minérale dominante. Droiture et élan donc pour un type un peu rustique mais avec beaucoup de présence. Vous avez dit Bourgogne ?
(15mg/l de SO2 à la mise)


IN VIVO 2006 - ST NICOLAS DE
BOURGUEIL - SÉBASTIEN DAVID

Ce vin exprime avec conviction son cépage, le cabernet franc sur
les sols plus légers de Saint-Nicolas de Bourgueil. Fruits rouges frais, pivoine, griotte, racine de gentiane, voilà des arômes de nez que l’on retrouve dans une bouche aux petits tannins juteux, à la souplesse désaltérante grâce à une fraîcheur acidulée de bon aloi.
(30 mg/l de SO2 à la mise)


CÔTES DE PY 2007 – MORGON
JEAN FOILLARD - VILLIÉ-MORGON

La grande majorité de nos dégustateurs ont cru déceler dans ce vin du pinot noir. Hé bien, non, il s’agit d’un gamay aux notes de groseille, cerise, fraise des bois agrémentées d’une touche florale de rose. Il s’offre au palais entre souplesse et rondeur, sa délicatesse se marie de façon surprenante à une petite sucrosité et un tannin discret. Sa persistance reste
moyenne. (15 mg/l de SO2 à la mise)


7/RIZ 2007 - VIN DE TABLE
PATRICE LESCARRET - DOMAINE
CAUSSE MARINES - VIEUX


En 2007, des vignes de syrah de 80 ans ont donné naissance à cette cuvée à la robe sombre et au nez profond. La matière se montre concentrée en bouche mais avec beaucoup de fraîcheur. Côté plaisir, des arômes de cassis, de griotte, de violette et une pointe d’agrumes. Côté structure, des tannins juteux, fruités, consistants, avec un soupçon de poivre blanc et de barrique, bref une personnalité à la fois forte et pulpeuse.
(2mg/l SO2 à la mise)

BOMPARET 2006 - CÔTES DU RHÔNE
MATTHIEU DUMARCHER
LA BAUME DE TRANSIT


Un Côtes du Rhône du sud au fruit expressif, très épicé mais avec une touche de réduit insistante même à l’aération, autant le savoir. Il peut cependant plaire par sa bouche goûteuse, ses arômes de gelée de groseilles, de confiture de cerises, ses notes de
cannelle et de bergamote. Au palais, de la chair, de la fraîcheur, de la simplicité, un fruité délicat et une petite amertume finale. (20 mg/l de SO2 à la mise)

Bernard Arnould

00:07 Écrit par In Vino Veritas dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.