11/01/2010

Le French Paradox prouvé en laboratoire

C'est pas nous qui le disons, mais l'INSERM - les scientifiques, quoi: la consommation (modérée…) de vin rouge diminue le risque de maladies cardiovasculaires. Le fameux French paradox n'est donc pas qu'une élucubration de pochtrons prosélytes.

inserm.fr

 


Plus précisément, une équipe INSERM de l'Université d’Angers vient de mettre en évidence son mécanisme.

Concrètement, selon les chercheurs, les polyphénols, et notamment la delphinidine, ont un effet vasodilatateur. En produisant du monoxyde d’azote, ils augmentent le calibre des artères.
Les résultats des recherches de l'équipe d'Angers viennent d'être publiés dans la revue PlosOne.

On espère qu'ils bénéficieront d'un écho au moins aussi large de la part des Pouvoirs Publics français que la pseudo-méta-étude de l'Inca, qui n'hésitait pas à parler d'un risque de cancer au premier verre de vin...

09:41 Écrit par In Vino Veritas dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.