29/01/2010

Le poids des mots

La Fédération Française des Spiritueux dénonce l’usage du terme «alcool fort» dans les médias et dans les textes réglementaires. Elle juge en effet  qu’il n’existe pas d’"alcools forts" ni d’"alcools faibles" mais seulement des boissons contenant une quantité plus ou moins importante d’alcool qui possède les mêmes propriétés.

De même qu'il n'y a plus d'aveugles, mais des gens plus ou moins voyants.

La question reste posée: une biture à la vodka charentaise ou au whiskard breton a-t-elle les mêmes propriétés qu'une dégustation de vin?

Pas pour nous, qui militons pour que les Etats cessent de considérer le vin comme un alcool. Mais nos intérêts de journalistes vineux ne sont certainement pas ceux de la Fédération Française des Spiritueux. Au fait, avez-vous remarquer que les publicités sur le whisky et la vodka sont beaucoup plus voyantes, en France, que celles sur les marques de Cognac ou d'Armagnac, sans parler des pubs de marques de vins?

 

11:02 Écrit par In Vino Veritas dans IVV Pro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.