08/07/2010

Chablis bientôt en vedette dans IVV

Voici quelques semaines, notre ami Eric Boschman nous revenait de Chablis avec quelques belles découvertes, mais aussi des idées bien arrêtées, qu'il exposait en ces termes: «Aussi paradoxal que cela puisse paraître,  Chablis souffre actuellement d’un relatif manque de reconnaissance, ou plutôt de notoriété positive.» Pour l’ami Boschman, en effet, le Chablis fait souvent office de «Grand Bourgogne du Pauvre».  La faute à la surproduction ou au bradage? La poule et l’œuf.

Pourtant, en matière de notoriété, Chablis a des antécédents: en 1950, déjà, Raymond Dumay (sans doute le premier journaiste viticole digne de ce nom) s’enthousiasme dès son arrivée en ville, à midi sonnante: «Pouvais-je la traverser sans saluer ce vin blanc qui sert, dans le monde des vignerons, à désigner certain cru léger, fruité et d’une belle ligne.» Et plus loin: «D’un bon vin de Chablis, on peut dire qu’il a de l’amour».

Voilà un composé difficile à isoler à la dégustation, évidemment, mais la formule est jolie.

Au fait, In Vino Veritas consacre un grand dossier aux Premiers Crus de Chablis dans sa prochaine livraison...

10:30 Écrit par In Vino Veritas dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.