18/07/2010

Pise ou Curon?

Comme un phare, elle regarde les derniers soubresauts de la Bresse qui s’écrasent à ses pieds. Elle domine Arbois sur sa gauche, quand depuis la plaine on la contemple. L’écrin de vignes qui l’entoure semble la porter jusqu’au ciel. Avant même d'avoir porté un verre à ses lèvres, on la voit légèrement pencher...

La parcelle


La parcelle du Clos de la Tour de Curon se situe sur le haut du lieu-dit Les Corvées. Constituée d’éboulis calcaires peu profonds du Bajocien, elle culmine à 360 m, bien exposée au sud/sud-ouest. Les 72,45 ares dessinent un grand rectangle peu incliné sur le dessus du plateau, puis très accentué dès son milieu. Au point que le treuil vient aider hommes et bête. La conduite en mode biodynamique emploie en effet le cheval  comtois pour les travaux du sol. Les ceps accrochés aux échalas et plantés à 12.000 pieds/ha conviennent bien au cheval qui s’y balade comme dans un carrousel. La plantation remonte à 2002. Stéphane a dû arracher la vigne existante, trop longtemps laissée à l’abandon. Ce fut une bonne occasion pour planter à densité élevée ; dès le premier millésime, 2004, le vin afficha d’emblée la trempe de son caractère.

phototheque-1-1161284252.jpgLa Tour de Curon


Stéphane Tissot


Sa première vinification au domaine familial remonte à 1992, temps où Stéphane juste sorti de l’école ne faisait confiance qu’à la chimie enseignée. Les rencontres, les longues conversions, les nombreuses dégustations l’ont transformé petit à petit, d’anti-bio rigolard à biodynamiste convaincu. Volontaire et un ‘soupçon’ provocateur, il multiplie les essais de conduites viticoles, de vinifications, pousse les maturités, pour obtenir des vins originaux qui gardent néanmoins un caractère jurassien affirmé.


Le vin


Les raisins se ramassent à la main, passent au pressoir pneumatique, puis fermentent (levures indigènes). Après une longue fermentation, le vin part en élevage en barriques de 228 litres dont 1/3 neuves pendant 24 mois. Au débouchage, la réduction souvent perturbe le nez. Un passage en carafe d’une ou deux heures est fortement conseillé. Le vin révèle alors arômes et puissance sans interférence. Frais, minéral et droit, il convient tant à la méditation qu’au repas.




phototheque-1-1161285931.jpg

Séance de dynamisation

 

 

Le Clos de La Tour de Curon Chardonnay 2007 Arbois Stéphane Tissot


Les reflets dorés font chatoyer la robe verte qui à chaque volte fait s’exhaler des senteurs de florales. Les fruits à la fois secs et charnus viennent égayer le nez, poire fondante et croquante saupoudrés de poivre blanc, noisette et fines notes minérales qui s’insinuent entre le bouquet d’aubépines et de fougères.
La bouche demande une peu d’aération. La persévérance paie, surtout aidée d’une carafe. L’abricot roule enfin sur la langue, étale sa délicate gelée sur les papilles bouillantes d’attente. Elles se délectent de la poudre d’amande qui les shoote mieux que la pierre à feu. La fraîcheur calme le jeu, tempère les élans pour mieux apprécier la longueur qui retrouve les parfums sentis. Puis le Clos prend congé sur quelques fruits blancs.


Marc Vanhellemont


Contact:  +33 380 66 08 27   www.domaine-tissot.com


Retrouvez cet article (et les adresses des distributeurs) dans le prochain In Vino Veritas

17:27 Écrit par In Vino Veritas dans Jura | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.