27/09/2010

C'est aujourd'hui que ça se passe

Nous attirons votre attention sur l'excellente chronique de  notre confrère anglais Jim Budd, au sujet de la cryosélection/cryoextraction, dont l'acceptation dans l'AOC Quarts de Chaume se décide AUJOURD'HUI.

C'est ici

Rappelons d'abord ce que c'est que cette "cryo". La Chambre d'Agriculture de Gironde l'évoque avec précision dans un chapitre consacré aux techniques d'enrichissement destinées à "compenser les déficits de maturité".

2.1.1. La cryo-sélection ou cryo-extraction

C'est une technique qui ne s'applique qu'à la vendange entière. Elle consiste à sélectionner par le froid les baies les plus concentrées. (...) Les baies les moins mûres gèlent en premier et leur jus moins riche ne sera pas extrait lors du pressurage...

Notons que contrairement à ce que d'aucuns affirment, les deux termes de cryo-extraction et cryo-sélection sont équivalents (c'est juste que le premier sonne un peu plus industriel). Notons aussi qu'il n'y a pas de sélection des raisins à la base, on ramasse tout et c'est le froid qui trie.

congelateur.jpgLe terroir ou le congélo?

 

Comme à Jim, et comme à bon nombre d'amoureux de ces vins d'exception, ce projet nous pose problème.

Veut-on un vrai produit de terroir, avec les irrégularités que cela suppose d'une année sur l'autre, et même, les mauvaises années, le déclassement, ou veut-on un produit où la technologie supplée la nature?
Nous acceptons sans sourciller de payer plus pour un produit qui dit son origine, avec ses qualités originales.
Pas pour un produit qui, dans les conditions de la cryo, pourrait être produit n'importe où, n'importe quand, avec n'importe quels raisins, à des rendements déraisonnables, en sous-maturité, ou avec une forte proportion de pourriture non-noble. Concurrençant ainsi de manière déloyale les bons vignerons soumis à Dame Nature.

Les vignerons des Quart de Chaume se disent fiers de leur terroir, de leur singularité, et l'ont défendue par le passé contre leurs voisins des Coteaux du Layon-Chaume. Ils ont pris la presse à témoin de leur querelle et nous avons relayé leurs arguments. Leur combat nous semblait basé sur une notion très respectable: celle de la recherche de l'excellence et de l'originalité.

Vont-ils maintenant baisser leur garde et choisir la voie de la facilité? Ni Jim ni moi n'avons voix au chapitre, c'est aux vignerons d'en décider. Mais nous pouvons tout de même leur rappeller leurs responsabilités devant lle consommateur, dvant leurs pairs, et surtout devant leurs pères.

Amis bloggeurs, si vous avez un avis, il n'est que temps de le faire connaître ua président des Quarts de Chaume, Claude Papin, à chateaupb@hotmail.com

Car c'est aujourd'hui que le syndicat décide.

09:56 Écrit par In Vino Veritas dans Loire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.