12/12/2010

le CIVB contesté

Connaissez-vous le Comité d'Action des Vignerons Bordelais, alias CAVB? Nous non plus, jusqu'à unerécente conférence de presse, où ces producteurs en colère (ils sont une dizaine) ont annoncé vouloir demander en justice le remboursement des cotisations volontaires obligatoires au Comité Interprofessionnel des Vins de Bordeaux, le CIVB.

Pour le CAVB, son presque homonyme le CIVB ne remplit son rôle ni dans la promotion des vins de Bordeaux ni dans la régulation du marché, ses missions principales. Dominique Técher, porte-parole du comité, est très remonté: «le CIVB, c'est un système très totalitaire, un étouffoir dont il faut considérer la parole comme seule parole valable et qui fonctionne dans l'opacité absolue!» D'après lui, il est quasi impossible aux membres d'avoir accès aux comptes; en outre, l'utilisation des cotisations (payées aux trois quarts par les producteurs, selon M. Técher) se fait au profit du négoce. Le CAVB dénonce des conflits d'intérêt au sein de l'interprofession, des manipulations financières: "Nous avons fait nos recherches sur sujet... Si on demande à voir les comptes, c'est qu'on sait déjà des choses..."
Le  CAVB appelle donc les vignerons de Bordeaux à le rejoindre pour entamer une procédure judiciaire, dans le but de récupérer les cotisations volontaires obligatoires versées avant le 10 décembre 2008, qui, selon lui, "sont considérées par la commission européenne comme illégales".

Il ne manque plus aux contestataires que de pouvoir se compter: "Nous espérons pouvoir atteindre le chiffre de mille vignerons, pour pouvoir tous agir avec le même avocat, de manière à ce que les recours soient regroupés, traités ensemble avec une simultanéité des jugements».

A noter que ce type d'action n'est pas une première dans le monde agricole français, des aviculteurs ont ainsi pu récupérer devant une tribunal des cotisations versées à leurs instances. Un autre dossier du même genre est pendant devant le tribunal de Rennes, qui concerne près de 1200 producteurs de lait indépendants.

Pour le CAVB,  "au-delà du CIVB et de Bordeaux, c'est tout l'échafaudage de toutes les interprofessions agricoles qui est en cause."

Reste à savoir par quoi les contestataires entendent les remplacer.

00:54 Écrit par In Vino Veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.