17/01/2011

Château Guiraud Certifié Bio

Château Guiraud, 1er Grand Cru Classé de Sauternes en 1855, vient d’obtenir sa certification en Agriculture biologique. C’est le premier et le seul des  Grands Crus Classés de la classification de 1855 de Bordeaux à obtenir cette certification.

A cette occasion, il nous adresse un communiqué très fouillé dont nous avons tiré ces extraits:

Un peu d'histoire

La signature de Pierre Guiraud au bas d’un acte notarié daté du 22 février 1766 apparaît comme l’acte de naissance officiel du domaine. L’homme est connu dans le monde du vin, il exerce la profession de négociant sur la place de Bordeaux et confesse une foi protestante. A sa mort en 1799, son fils Louis lui succède. Assez provocateur, il profite de la liberté de culte accordée par Napoléon pour faire construire un petit temple à l’arrière du château. Le Sauternais bigot et intransigeant monte au créneau: le voisin Yquem réagit, il fait planter une forêt de pins à la frontière des deux domaines pour couper les vents favorables qui sèchent les raisins à l’automne...
Louis Guiraud installe la renommée du château qui devient un grand domaine vinicole. A sa mort en 1837, son fils Pierre-Aman hérite d’une propriété bien établie, estimée à 250 000 livres. La lignée des Guiraud s’éteindra en 1846 avec la cession du domaine à un certain François Henri Nauté. La légende était née, elle sera confirmée en 1855 : le Château Guiraud devient 1er Grand Cru Classé de Sauternes.
Aujourd’hui, le Château Guiraud appartient à quatre amoureux du vin. Au cours d’un dîner au début de l’année 2006, Robert Peugeot, un industriel et trois vignerons Olivier Bernard du Domaine de Chevalier, Stephan von Neipperg, du Château Canon La Gaffelière et Xavier Planty, le directeur du domaine, décident d’acheter Guiraud. Le 20 juillet 2006, ils signent un contrat de vente qui réunit quatre passionnés partageant la même philosophie du vin.

 

etiquette.jpg

Le terroir

Une longue allée de platanes qui semble onduler dans le ciel, une terre bosselée avec au loin le clocher pointu du village de Sauternes... Bien difficile d’imaginer que le vignoble de Guiraud, le plus haut du village avec 100 hectares d’un seul tenant, occupe la place d’un ancien estuaire. Pourtant, il suffit de regarder la terre pour être convaincu. Des graves sableuses composent 80% des sols, le reste se composant de terres plus profondes mêlant les graves et l’argile.
Bien entendu, les parcelles ne proposent pas un sol uniforme, de nombreuses nuances façonnent les sous-sols. Les meilleures vignes se situent sur les hauts et dans le milieu du vignoble, les plus difficiles près de la forêt sans doute en raison d’une mauvaise ventilation. Autre caractéristique du terroir de Guiraud, la présence de sources qui ont entraîné d’importants drainages pour libérer les racines d’une humidité excessive. Au-delà de ces différences, le sol de Guiraud s’affirme comme un magnifique terroir, propre à forger le caractère de grands vins liquoreux.

Les cépages

Historique au Château Guiraud, le sauvignon a trouvé avec Xavier Planty son défenseur passionné: «faire un grand sauternes avec du sauvignon, c’est sportif, mais cela donne des résultats grandioses.» Château Guiraud en dispose pour ce faire de 35 % ramassés au top du botrytis et qui donnent des arômes très complexes où les épices douces complètent les agrumes et les fleurs blanches ; c’est un cépage de grande classe que Xavier Planty a sélectionné depuis dix ans maintenant, replanté et qu’il vinifie à part ; ce sauvignon-là, c’est la signature de Château Guiraud. Avec le sémillon ils sont les seuls cépages cultivés.

Le gel de 1956 avait laissé la vigne du Sauternais exsangue, il fallait tout replanter. Pas facile à l’époque de trouver du bon matériel végétal, les pépiniéristes vendaient alors un peu de tout. Ces souvenirs mais aussi une nouvelle approche de la vigne ont entraîné des réflexions menées par Xavier Planty, le directeur du domaine et un groupe de
vignerons de Sauternes et de Barsac. Une ambition commune les a réuni pour préserver la diversité génétique des cépages indigènes et assurer leur renouvellement. En 2001, le Château Guiraud accueillait un conservatoire des cépages. Une centaine de souches de sémillon et de sauvignon issues de la sélection massale, une sélection des individus les plus représentatifs, se trouvent réunies dans cette pépinière unique au monde. Elle permet de produire des souches qui garantissent l’avenir du vignoble. Le conservatoire constitue aussi un magnifique support d’étude et un formidable outil pédagogique.

La philosophie

Voilà une quinzaine d’années, Xavier Planty faisait un constat évident:

. Bordeaux pratique la monoculture de la vigne sans penser à la nature et sans regarder l’avenir. Tout est mis en œuvre pour sécuriser et garantir la récolte des raisins avec l’appel aux produits chimiques, aux fertilisants et aux pesticides. Au fil des ans, la vigne a fini par se résigner et s’appauvrir, les traitements drastiques des sols et de la plante ont entraîné de profonds déséquilibres. Retrouver les fantaisies de la nature en regardant la vigne de façon différente, c’est la nouvelle approche de Xavier Planty commencée au tournant du siècle. Le conservatoire des cépages allait dans ce sens mais il fallait aller plus loin en s’intéressant à la terre.
Favoriser la diversité florale est apparu très vite comme une étape importante de ce renouveau. Cela passait par des allées enherbées qui se prolongent dans les rangs de vigne. Un impératif: laisser faire la nature. Dans chaque mètre cube de terre, il existe un stock de germes et seules les graines les mieux adaptées poussent au printemps et à l’automne. Chaque année, ces floraisons bisannuelles deviennent des indicateurs de la diversité et de la vie des sols.
Dans le même état d’esprit, six kilomètres de haies ont été replantées en faisant appel au lierre, au laurier-thym, au châtaignier, au noisetier... Autant de lieux qui ont été investis par de nouvelles populations d’insectes. Durant l’été 2010, une spécialiste a dénombré 675 espèces d’insectes et d’araignées dans les vignes de Guiraud dont 7 espèces de bourdon. Des nids ont été mis à la disposition des oiseaux et l’on construit des «hôtels
à insectes» pour accueillir les nouveaux habitants: des guêpes maçonnes, des clairons des abeilles, des perce-oreilles autant de prédateurs qui se régalent des larves et des bêtes indésirables dans la vigne. Résultat : les traitements contre les insectes ont cessé à Guiraud en 2004. Et on a ramassé 30 kilos de morilles en 2010, du jamais vu sur le domaine ! Cette bio-viticulture® s’accompagne de pratiques traditionnelles comme les quatre labourages annuels qui permettent d’aérer les sols et d’enfoncer les racines profondément dans la terre. La vigne doit se sentir bien.


Les vendanges

Chaque année, les vendanges de Guiraud débutent toujours par «le point zéro du botrytis». Il s’agit de mettre la vigne à plat en éliminant les baies indésirables. Ce travail assure un développement plus homogène du champignon en autorisant un ramassage maîtrisé. Selon le millésime, de 2 à 5 tries se révèlent nécessaires pour ramasser les raisins. Les rendements apparaissent infimes, chaque hectare de Guiraud ne produit que 12 hectolitres de grand vin par an ! Un chiffre qui laisse transparaître l’ambition et la volonté de qualité.

La vinif

La simplicité et l’évidence imprègnent la naissance du vin de Guiraud. Les grappes entières, ramassées en petites cagettes, sont déversées dans un pressoir pneumatique. La pression augmente progressivement, elle libère un jus brunâtre dont on a peine à imaginer qu’il transformera en or. Ce moût est mis en cuve, refroidie à 5 à 6° pendant une nuit, pour faire tomber les grosses bourbes. Le jus clair est logé alors dans des barriques pour une fermentation longue et douce. Quand le vin atteint l’équilibre souhaité entre l’alcool et les sucres résiduels, le vin est muté, la fermentation cesse, l’élevage peut commencer.
Depuis 2005, Guiraud passe dans 90% de barriques neuves et 10% de barriques d’un an. Cet élevage ambitieux ne doit en aucun cas marquer le vin. Le chêne neuf doit habiller discrètement le vin, lui donner de l’allure sans lui faire perdre son âme.


Le nouveau Guiraud

Depuis une vingtaine d’années, Sauternes apparaît sans aucun doute comme l’appellation qui a fait le plus de progrès en Gironde. A Guiraud, les choses semblent aller encore plus loin: «à Sauternes, la course au sucre est finie et à Guiraud je n’ai jamais cherché une puissance excessive mais au contraire la pureté, la finesse aromatique, la construction cohérente des vins» confesse Xavier Planty. La mise en œuvre de la bio-viticulture® et un regard différent sur la vigne ont entraîné une nouvelle sensibilité et une autre esthétique du vin.
Depuis 2000, l’évolution des vins du Château Guiraud s’affiche très sensible, ils apparaissent plus tendus, plus droits et plus aériens. Ils semblent aller à l’essentiel en proposant des nez précis et un toucher qui séduit par sa sensualité, son opulence discrète et sa plénitude. Le mariage de l’harmonie et du fondu dessine une géométrie sphérique qui décrit l’élégance et le raffinement. Ils ont aussi gagné en finesse et dévoilent une fin de bouche minérale qui aiguise la complexité. Pour les arômes, c’est l’extrême profusion, des notes mentholées, des fleurs blanches, de l’abricot, des agrumes confits, de l’angélique et quelques sublimes fragrances comme cette truffe blanche dévoilée par le somptueux 2001. Et surtout pas de notes de botrytis précise le faiseur de Guiraud, le champignon vient « griser » et perturber la netteté des arômes du vin.

Sublime 2009

Toute cette démarche s'illustree par la réussite du millésime 2009. Le vin développe un nez printanier qui mêle les fleurs et les fruits sur un fond mentholé. Le bonheur, c’est de découvrir un vin accompli et fusionnel qui raconte l’harmonie et la tension avec une gourmande sensualité. En filigrane, l’idée d’un sauternes moderne qui se moque de la mode pour affirmer son rayonnement naturel.


Plus d'info: Lettres de Châteaux,  marie-stephane.malbec@wanadoo.fr

 

08:16 Écrit par In Vino Veritas dans Bordeaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.