20/09/2011

"Foire aux vins, non merci!"

A titre personnel, notre rédacteur en chef adjoint, Hervé Lalau, s'est fendu d'un billet pour le moins critique vis-à-vis des Foires aux Vins - celles-là même, pourtant, qui ont les faveurs de la presse généraliste comme du plus gros de la presse spécialisée.

Nous lui laissons la parole.

"Ce billet ne convaincra sans doute que les convaincus, ceux qui, comme moi,  ne vont plus à la messe des Foires aux Vains.

La plupart de mes confrères cautionnent l'"événement", au moins officiellement, de peur de priver leurs supports de la manne publicitaire des enseignes et des grandes marques qui les alimentent.

La plupart des consommateurs s'en fichent, soit qu'ils s'achètent un peu de statut social à bon compte (c'est la crise, Monsieur!), soit qu'ils panurgent. Foules sentimentales! Après les cartables de la rentrée (déjà en vente à la fin juillet), les produits halal pour le ramadan (à la mi-août), voici donc les pinards. Tant qu'il y aura des sous...

N'empêche, je trouve d'un mauvais goût achevé que chaque année, pendant 15 jours 3 semaines, ce soit la GD qui confisque la parole vineuse. Que ce soit elle qui donne le ton. Alors qu'il y aurait tant à dire sur son "engagement" vis-à-vis des vignerons.

Qui débite les gros volumes de Vieux Papes dont on vient d'apprendre que Castel achète maintenant les vins en Espagne (parce que le Vin de France est encore trop cher, ces derniers temps)? La GD.

Qui fait des coups sur les invendus des AOC, au risque de les décrédibiliser un peu plus? La GD. Pourtant, à 1,59 euro le Gros Plant chez Leader Price en France, difficile de croire que cela paie à la fois e verre de la bouteille, les taxes, le transport, les cotisations volontaires et obligatoires, le contrôle amont de l'ODG... et même le raisin... 

Qui se paie de l'image en proposant des grands crus en quantité limitées? la GD.

Qui écoule les lots "retour d'Amérique"? Qui contourne les "exclusivités" sur les marchés parallèles?

La GD.

Qui s'amuse sur les sites d'enchères dégressives? Qui fait des appels d'offre à des niveaux tellement bas qu'on se demande combien de raisin il y a encore dans la bouteille, et entraine des régions entières dans une spirale baissière?

La GD.

Qui aime qu'on dise d'elle qu'elle est un acteur incontournable du secteur du vin, au même titre que les spéculateurs sur le marché des Primeurs, mais dans un autre créneau? La GD.

Sur ce dernier point, elle a raison. 

Voici une paire d'année, la RVF avait publié un palmarès des gens qui comptent dans le vin, et si ma mémoire est bonne, l'acheteuse boisson du groupe Carrefour arrivait en deuxième position. J'ai oublié son nom. Tout le monde a oublié son nom. D'ailleurs, sans doute a-t-elle changé de fonction, la GD n'aime pas laisser les gens s'installer trop longtemps à un poste, ils pourraient y développer une vraie compétence, ce qui nuirait à leur rigueur dans l'achat (sic).

Quoi qu'il en soit,  je ne m'inscris pas dans la logique du volume. Je préfère voir la consommation de vin chuter, au profit d'une meilleure consommation. Et dans cette optique, la récupération des grands vins, ou même, plus simplement, des vins d'auteur, par la GD m'insupporte, parce que leur place n'est pas là.

Les parfumeurs ont obtenu de l'Union Européenne de pouvoir choisir leur mode de distribution - c'est une exception à la liberté de la concurrence, notez le bien, et cela nous vaut de ne pas voir des grands parfums chez Lidl, chez Cora ou chez Carrefour.

Dommage que cette exemption ne s'applique pas aux vins. Si c'était le cas, je pense que bien des étiquettes ne se retrouveraient pas en supermarchés.

Vous me trouverez sans doute bien critique avec ces pauvres acheteurs qui ne font que ce qu'on leur demande. Est-ce leur faute si les clients marchent? C'est leur métier. Peut-on leur reprocher de bien le faire?

Le mien, en tout cas, ce n'est pas de leur servir la soupe".

Hervé Lalau

00:00 Écrit par In Vino Veritas dans Tous pays | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bête noire, non. Mais ses comportements sont critiquables, je trouve.
Ce qui n'enlève rien à la justesse de votre analyse par ailleurs.

Écrit par : Hervé Lalau | 20/09/2011

Chère Mme Claire,

Pour avoir côtoyé pas mal d'acheteurs vins de la GD, et avoir appris à les estimer (du moins certains), je ne condamne pas les gens, mais le système.
Beaucoup ont d'ailleurs quitté la distribution généraliste pour continuer à acheter du vin, mais pour des formules spécialisées, et me disent y être plus heureux, plus en accord aussi avec leur idée des valeurs du vin.

Hervé Lalau

Écrit par : Hervé LALAU | 20/09/2011

Les commentaires sont fermés.